Category Archives: Chartre

L’égalité entre les femmes et les hommes dans le système éducatif, un incontournable du projet politique

Deux nouvelles conventions interministérielles signées en ce début d’année  donnent les axes prioritaires d’une politique égalitaire entre les hommes et les femmes dans les institutions éducatives, lieux des transmissions du savoir.

La première concerne plus spécifiquement l’enseignement supérieur et la  recherche et  la seconde les cycles de formation des écoles maternelles, primaires et des collèges et lycées.

Quelques chiffres de l’égalité entre les hommes et les femmes dans l’enseignement supérieur en France :

Les données chiffrées qui comparent la place des femmes et des hommes dans les Universités confirment la persistance d’un “plafond de verre” dans les Universités FrançaisesCapture d’écran 2013-03-17 à 14.32.26.”Malgré des progrès importants ces 20 dernières années, l’enseignement supérieur et la recherche restent traversés, comme l’ensemble de la société, par des inégalités femmes- hommes. Ainsi, on constate, de manière globale, que les hommes constituent la majorité des enseignant-e-s et/ou chercheur-e-s (64,1% à l’université et dans les EPST), plus encore parmi les professeur-e-s ou directeurs-trices de recherche (76,1%), et que les disciplines les plus prestigieuses restent les plus masculinisées. De même, les étudiantes sont minoritaires dans les cursus longs (47,7% de femmes en doctorat en 2012 alors qu’elles sont 56,5% des effectifs de licence) et dans les filières scientifiques et presti- gieuses (30,1% de femmes dans les classes préparatoires aux grandes écoles dans la filière scientifique et 28,1% de femmes dans les cursus universitaires « sciences fonda- mentales et applications »)” in Plan d’action de la convention

La “tendance” à la parité laisse supposer que seuls nos enfants nés au 21ème siècle verront peut-être une parité effective dans les fonctions les plus prestigieuses de l’Université. Capture d’écran 2013-03-17 à 14.33.44

Un véritable plan d’action est proposé: 

“Face à cette situation, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) affirme aujourd’hui sa volonté d’agir. Il a ainsi développé un plan d’action ambitieux qui prend appui sur la politique interministérielle pour l’égalité femmes-hommes. En effet, à travers plus de 40 actions concrètes, il s’agit de mettre en place une politique globale d’égalité femmes-hommes qui prenne en compte les personnels, les étudiant-e-s et les savoirs scientifiques sur l’égalité et le genre. Trois mesures peuvent illustrer cette nouvelle impulsion souhaitée par la ministre :

1. Inscrire l’égalité dans le dialogue contractuel entre les établissements et le ministère
L’égalité femmes-hommes sera un élément systématique du dialogue contractuel que le MESR noue avec les établissements. Des objectifs et des moyens d’action y figureront. Ce dispositif permet non seulement d’engager les établissements dans la mise en place d’une politique globale en matière d’égalité femmes-hommes, mais aussi d’assurer le suivi et l’évaluation des engagements pris.

2. Assurer la parité dans les instances universitaires

Pour permettre une représentation équilibrée des femmes et des hommes dans les instances universitaires, les listes présentées pour les élections aux conseils centraux des universités devront être obligatoirement paritaires.

3. Soutenir les recherches sur le genre

Les recherches sur le genre constituent des ressources essentielles à la conduite de politiques publiques d’égalité femmes-hommes.
Les orientations pour la programmation de l’Agence nationale de la recherche pour la période 2013-2017 font donc du développement des recherches sur le genre une priorité. Depuis fin 2012, le genre constitue désormais un axe prioritaire de deux programmes ANR (« apprentissage » et « société innovante »).

Pour mener à bien ce plan, le MESR pourra s’appuyer sur le référent égalité femmes- hommes au cabinet de la ministre, la haute fonctionnaire à l’égalité femmes-hommes et la Mission pour la parité et la lutte contre les discriminations (MIPADI). ”

Sources : Plan d’action du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche , Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche 1, rue Descartes – 75231 Paris cedex 05 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr 

Advertisements

La France pionnière de la parité à l’université : des engagements pour une avancée historique

20130128-NajatVB-SignatureCharteESRVous le savez sans doute, les ministres de l’enseignement supérieur et de la recherche et des droits des femmes, ainsi que les présidents de la CPU, de la CDEFI et de la CGE viennent de signer des chartes relatives à l’égalité professionnelle des femmes et des hommes dans l’enseignement supérieur et la recherche (une convention pour la CPU, et une autre pour la CDEFI).
Tous les documents se trouvent sur le site du ministère de l’ESR et sur le site de Najat Vallaud-Belkacem. (lien sur le site internet sur les documents soulignés)
Cette charte affirme clairement la nécessité de prendre en compte au plus vite et de façon durable la question de l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’enseignement supérieur.
Les propositions  faites par la mission égalité femmes/hommes  pour le projet d’établissement de l’UDS vont tout à fait dans le sens de cette charte.

Rapport de V. Berger au président de la République les assises de l’ESR du côté des femmes

Les assises de ESR (rapport disponible sur le lien)

“Du côté des femmes :
– il y a un chapitre sur “mieux reconnaître l’activité des femmes et des hommes”
– l’accord de l’adjectif a été fait souvent avec le substantif le plus proche (autrement dit, le masculin ne l’emporte pas nécessairement). Exemple : l’enseignement supérieur et la recherche françaises.
– l’une des 27 propositions, dans la synthèse, en tête de rapport, est “Faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes” (prop 124).
124. Prendre en compte dans l’évaluation et dans le contrat des établissements les efforts effectués pour appliquer la nouvelle charte de l’égalité entre les femmes et les hommes associant la CPU, la CDEFI et les ministres de l’ESR et des droits des femmes.” (C.Guillopé, mission égalité Femmes/hommes de Paris Créteil)