Mutilations Génitales Féminines. On en parle à l’UDS

Cinq étudiantes du  Master 1 Analyses de Crises et Action Humanitaire, à l’Université de Chambéry,
dans le cadre d’un micro-projet en partenariat avec l’Alliance Globale contre les Mutilations Génitales Féminines, organisent une conférence portant sur le thème de la sensibilisation aux MGF.

Conférence du 8 Avril 2014 À l’Université de Savoie Campus de Jacob, Chambéry, Amphithéâtre 19000 18H00


“La lutte contre les mutilations génitales est une affaire de famille” dit Diop Fatoumata BINTA, trésorière de SOS Africaine en danger, guinéenne de 24 ans, son témoignage.

“A 7ans ma mère m’a emmenée pour l’excision, j’étais contente.  Je ne savais pas ce qui allait se passer. J’ai saigné pendant 3 mois après deux excisions successives. A 15 ans, j’ai été mariée à un homme de 49 ans. C’était un mariage forcé, je ne pouvais pas me battre contre ma famille mais avant cela il fallait déchirer la petite fille pour le mariage…. J’ai accouché de deux enfants et je suis restée à l’hôpital, 1 mois. Et au retour, j’étais voilée intégralement. Mon mari est mort, j’ai pensé retrouver ma liberté, le mariage cela ne va pas continuer… je pensais retourner à l’école….à la mort de mon mari, on m’impose un second mariage. J’ai tout laissé et j’ai quitté ma famille et mes enfants. Je me suis battue pour arriver en France en juillet 2012. La réparation chirurgicale n’a rien fait. L’excision s’est mon histoire et il faut que cela s’arrête.” Amphi 19000, chambery, 8 Avril 2014

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: