Lindsey Vonn ne fera pas “mâle”

Lindsey Vonn ne fera pas “mâle”. Mise en lien ici d’un article du Monde du 4 Novembre, dans lequel T. Terret, historien du CRIS de Lyon 1 prend position.

La FIS de ski a donné réponse à  Lindsey Vonn. Elle ne participera pas à la descente masculine de Lake Louise pour une histoire de règlement comme le rapporte Florian Egly dans sport 24.com. Délaissant la curiosité et l’innovation, la FIS a préféré se ranger derrière une histoire purement formelle de règlement. «C’est très clair, explique Sarah Lewis, secrétaire générale de la FIS. Les compétitions se nomment Coupe du monde masculine et Coupe du monde féminine. Les hommes courent la Coupe du monde masculine, les femmes la Coupe du monde féminine». Tout ça pour une histoire de points qu’il aurait été pourtant facile de ne pas comptabiliser à l’Américaine, dans le cas où celle-ci en aurait marqués. «Nous sommes déçus que le Conseil de la FIS n’ait pas soutenu la proposition mais respectons la décision», a commenté Bill Marolt, le président de la Fédération américaine de ski.

Philippe Liotard, sociologue à l’Université de Lyon1 donne son point de vu sur le cas Lindsey Von, il écrit sur son blog :”Lindsay Vonn on ne mélange pas une femme avec des hommes.Le sport est une machine à produire réglementairement de la ségrégation…C’est ce que rappelle l’affaire Lindsay Vonn, privée de pouvoir participer à une compétition sportive avec des hommes. Elle ne pourra donc pas se mesure aux étalons des pistes qui incarnent l’excellence sportive à partir de laquelle se déclinent les fragilités. Que voulez-vous, c’est la loi du sport dirait avec ironie Daniel Denis (auteur du désormais collector Aux chiottes l’arbitre, 1978)…

Ce qu’a rappelé la Fédération Internationale de Ski, c’est que le sport fédéral n’est pas fait pour jouer ensemble: les femmes avec les femmes, les invalides d’un côté les valides de l’autre, les jeunes sans les vieux, les gros dans leur catégorie… C’est ce que j’appelle l’économie sportive de la différence corporelle: cloisonnement, classification et ségrégation réglementaires avec interdiction de sortir des cases ou alors, à quel prix (cf. Oscar Pistorius et Caster Semenya)

Bref, à l’heure où des désirs voient le jour de changer de catégorie ou bien de jouer dans plusieurs catégories (Oscar Pistorius aux Jeux olympiques et aux Paralympiques; des sportives lesbiennes aux Gay Games et dans les championnats nationaux), les fédérations sportives rappellent le cloisonnement – nécessaire pour elles – sur lequel repose tout l’édifice sportif.
Pourtant, d’autres manières de jouer émergent. D’autres envies de s’affronter se dessinent.
Le “jouer ensemble” suppose d’autres logiques que le “jouer contre”.
Comme le note Rosarita Cuccoli, l’égalité des sexes est un sport pour tous…”

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: